Le dilemme de la durée de vie des produits connectés

Quelle devrait être la durée de vie d’un produit ? Bien sûr, cela dépend du produit : les gens gardent leur voiture pendant des années, voire des décennies, alors qu’une brosse à dents ne dure généralement que quelques mois.

Ajoutons maintenant un autre élément : quelle devrait être la durée de vie d’un produit connecté ? Cette réponse est bien moins évidente et plus compliquée à trouver de nos jours, alors que de plus en plus de produits sont connectés. Le professeur Ross Anderson de l’Université de Cambridge a évoqué ce sujet lors de son intervention au 36C3 (le 36e congrès Chaos Communication Congress) et nous avons voulu l’approfondir un peu.

La durée de vie d’un produit connecté

Les produits sans accès à Internet sont bien moins susceptibles que les produits connectés d’être piratés et retournés contre leurs propriétaires. Du point de vue de la sécurité informatique, cela signifie que la plupart des produits qui ne sont pas  » intelligents  » ou connectés n’ont pas besoin d’autant d’attention.

Les produits connectés sont différents ; ils doivent être sécurisés tout au long de leur durée de vie. Dans certains cas (avec les voitures, par exemple), les questions de sécurité sont primordiales. Vous vous souvenez de la Jeep piratée ? Cela vous montre ce qui peut arriver aux produits connectés ; cela suppose un risque mortel.

Pour assurer la sécurité des produits, il faut cependant disposer d’une assistance et de mises à jour logicielles régulières. Les mises à jour doivent être effectuées rapidement, et chaque produit nécessite un certain nombre de personnes. Et comme les entreprises ont tendance à présenter de plus en plus fréquemment de nouveaux produits, vous risquez d’avoir bientôt besoin de toute une équipe de sécurité pour que tout fonctionne.

La réponse semble donc simple : la durée de vie d’un produit connecté doit être la plus courte possible. Prenez les smartphones, qui durent rarement plus de trois ans actuellement. Certaines entreprises arrêtent de patcher leurs smartphones au bout d’un an ou deux, et d’autres les oublient tout simplement une fois qu’ils sont sortis. Mais cela soulève un autre problème : la durabilité.

Qu’est-ce que le carbone a à voir avec la durée de vie du produit ?

Les clients sensibles aux questions écologiques préfèrent choisir des produits verts lorsque c’est possible, bien sûr, mais cela va à l’encontre de l’approche de la durée de vie « la plus courte possible ». Chaque produit a une empreinte carbone.

Vos produits connectés doivent être verts, soyez-en bien conscients. Mais qu’est-ce qu’un produit vert ? Il ne suffit pas de réduire la consommation de carburant ou d’électricité d’un produit ; dans la plupart des cas, l’achat d’un nouveau produit soi-disant plus « vert » nuit davantage à la planète que le fait de conserver l’ancien, pourtant pas écologique pour un sou. Une voiture classique émet par exemple moins de dioxyde de carbone pendant sa durée de vie que pendant sa production. Et la fabrication d’un smartphone demande approximativement dix fois plus d’énergie que le téléphone au cours de sa vie utile.

Cela signifie que pour rester du côté vert, nous devons tous réduire au minimum nos achats de téléphones et de voitures. Par conséquent, pour contribuer à préserver notre planète, la durée de vie des produits doit être la plus longue possible.

La contradiction n’est pas difficile à repérer : la durée de vie d’un produit connecté devrait être courte pour minimiser les coûts de support, mais aussi longue que possible pour protéger la planète. Que faire ?

Résoudre le casse-tête de la durée de vie du produit

Ce problème peut bel et bien trouver une solution. Vous pouvez réduire les coûts de support en raccourcissant la durée de vie d’un produit, mais aussi en le rendant plus sûr en premier lieu. C’est-à-dire sécurisé dès la conception. Un produit sécurisé n’aura probablement pas besoin de mises à jour régulières pour éliminer les vulnérabilités, ce qui signifie qu’il nécessitera moins de support tout au long de sa vie.

Bien sûr, rendre quelque chose sécurisé dès la conception, c’est plus facile à dire qu’à faire. Cela demande de créer des produits sur des bases sûres, par exemple en utilisant notre KasperskyOS, un système d’exploitation basé sur micro-cœur avec une fonctionnalité de refus par défaut qui ne permet que les actions explicitement autorisées  et rien d’autre. Cela ne laisse pas beaucoup de place aux vulnérabilités, car une vulnérabilité consiste généralement en la capacité d’effectuer des actions auxquelles les créateurs du dispositif n’ont pas pensé.

Les systèmes sécurisés dès la conception comme KasperskyOS vous permettent de construire des produits connectés qui peuvent avoir une longue durée de vie grâce à leurs coûts de support réduits. Et la durée de vie plus longue des produits permet à votre entreprise de rester durable en termes écologiques. Le problème est résolu.

Pour en savoir plus sur la sécurité dès la conception et KasperskyOS, visitez le site internet dédié.

Source: Antivirus