Momo terrifie WhatsApp

Internet est victime d’une nouvelle histoire effrayante. Selon certaines informations, une personne appelée Momo, qui a pour avatar un visage affreux sur WhatsApp, menace les contacts, partage des contenus choquants et amène les utilisateurs à se faire du mal.
Pour les médias, Momo est la seconde baleine bleue ; il s’agit de groupes, surtout sur les réseaux sociaux russes, qui encouragent les enfants à réaliser une série d’actions, et l’étape ultime est le suicide. Dans certains pays, la police avertit les parents de l’existence de cette nouvelle menace pour leurs enfants. Ce cas effrayant pourrait déjà avoir causé la mort d’une fille de 12 ans en Argentine.

Momo : origine et mode d’action

Commençons par l’avatar de Momo : il s’agit de la photo d’une sculpure réalisée par un artiste japonais, Keisuke Aizawa, qui représente sa vision du fantôme Ubume, une des croyances japonaises. Il s’avère que la sculpture est assez éloquente, pour ainsi dire, et son image a un effet non négligeable sur les utilisateurs d’Internet, qui ont commencé à inventer des histoires d’horreur.
Puis quelqu’un a décidé de donner vie à cette créature effrayante, sous la forme d’un compte WhatsApp, de l’appeler Momo, et de s’en servir pour effrayer les gens.
Le héros de cette nouvelle hystérie qui touche WhatsApp envoie des images effrayantes à ses victimes (la plupart sont des corps démembrés), affirme tout savoir sur la personne (ses contacts et même leurs emplacements actuels), et lui dit que si elles cherchent à la contacter les choses vont mal se passer. Momo peut même les appeler puisque certaines personnes disent avoir entendu des bruits qui donnent la chair de poule, ou encore une voix très déformée.
La plupart des sources disent que cette personne effrayante ne répond qu’à ceux qui la contactent. Selon certaines opinions, le numéro de Momo a d’abord été communiqué sur Facebook, puis sur d’autres réseaux sociaux, dont Reddit. Les médias russes affirment que Momo s’ajoute seule au répertoire des utilisateurs en utilisant un « virus terrifiant » ; mais cela semble être une fausse alerte.
Au moment où nous rédigeons cet article, cet espion a au moins trois contacts accessibles au public sur Internet : un japonais, qui est à l’origine de tout ça, un mexicain et un colombien. En réalité, Momo a peut-être plus de numéros. N’importe qui peut créer un compte WhatsApp et utiliser la photo d’Ubume comme photo de profil, et rejoindre cette campagne malveillante qui est un piège.

Momo est presque tendance

Momo a été très médiatisée puisque cette histoire a été reprise par les médias et les bloggeurs. Les médias ont aidé à créer des détails, et les bloggeurs des conversations avec de faux Momo, en créant de plus en plus de nouveaux comptes avec l’image de l’avatar maudit. Il est évident que Momo crée de nouvelles occasions pour les trolls Internet qui, évidemment, ont produit beaucoup plus de comptes et utilisent une signature similaire pour effrayer les gens.
Être en contact avec Momo peut traumatiser les individus qui n’y sont pas préparés, surtout les enfants, à cause de son apparence effrayante, de ses contenus qui donnent la chair de poule, et de ses tentatives pour encourager les gens à se faire du mal, et ce peu importe qui est à l’origine du message.

Surveillez vos enfants pour les protéger

En résumé, Momo est le résultat d’une mauvaise blague qui a été réutilisée et multipliée sur Internet. Vous n’avez pas à avoir peur, mais l’expérience peut être très regrettable pour les enfants. Si vous avez peur que votre enfant en soit victime, parlez-lui et écoutez-le. Soyez son ami et il vous dira ce qui l’effraie, ou le dérange, sur le cyberespace, qu’il s’agisse de Momo ou d’autre chose.
Si vous faites attention à votre enfant, vous remarquerez immédiatement tout changement suspect dans son comportement. Votre enfant est en danger s’il :
• commence à négliger ses devoirs scolaires ;
• n’est plus intéressé par ses passions ;
• connaît des changements d’humeur soudains, est dépressif ou agressif ;
• reste éveillé et connecté pendant la nuit ;
• a soudainement ajouté ou effacé beaucoup d’amis sur les réseaux sociaux ;
• a soudainement effacé son ou ses compte(s) ;
• ne vous parle plus.
Nous vous recommandons aussi d’utiliser une solution de contrôle parental comme Kaspersky Safe Kids. Grâce à cette solution votre enfant ne pourra pas accéder aux contenus que vous ne voulez pas qu’il voit, et elle va limiter le temps qu’il passe en tête-à-tête avec ses appareils. Bien sûr, le programme ne pourra jamais remplacer une conversation parent-enfant, mais il va sûrement vous aider à éviter certains problèmes.

Source: Antivirus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *