Éthylotest antidémarrage : que risque-t-on en cas d'utilisation frauduleuse ?

Les personnes (conducteurs et passagers) qui utilisent de façon frauduleuse le dispositif d’antidémarrage par éthylotest électronique afin de démarrer le véhicule encourent une amende de 5e classe d’un montant maximum de 1 500. Un décret a été publié en ce sens au Journal officiel du 18 février 2017.

Source: Service Public